Retour au portefeuille

ZETAQUANTOR

Licences disponibles

Test de dépistage et de diagnostic précoce du PTLD

Photo de profil de   Christine Melay
Contact Linksium Christine Melay +33 (0)6 21 77 19 90 christine.melay@linksium.fr
Zetaquantor illus libre de droits

Bénéfices

  • Test sérologique
  • Amélioration des soins aux patients greffés
  • Plus robuste que l'analyse de la charge virale par RCPQ
  • Simplement transférable aux laboratoires cliniques

Mots clefs

  • Personalized medicine
  • Immunoassay
  • Post-transplant lymphoproliferative disorder (ptld)

Propriété Intellectuelle

  • 1 brevet

Laboratoire

  • IBS

Établissements

  • CEA
  • CNRS
  • UGA

Continuum Linksium

  • Maturation
  • Commercialisation

Résultats

  • Licences disponibles

Contexte

Jusqu'à 10 % des patients transplantés développent un PTLD, trouble lymphoprolifératif post-transplantation. Cette tumeur agressive est le résultat de la « réactivation » du virus Epstein-Barr dans un contexte d'immunodépression. Le dépistage du PTLD implique actuellement un test systématique de qPCR (PCR quantitative) pour détecter une augmentation de la charge virale d'Epstein-Barr (EBV) au niveau du sang périphérique. Tous les patients transplantés sont soumis à un dépistage continu tout au long de leur vie, d'abord fréquemment, puis moins fréquemment au fil des ans si les premiers résultats sont négatifs. Des résultats faussement positifs et faussement négatifs ont été signalés avec le test RCPQ ; il est également incompatible avec un diagnostic précoce. ZETAQUANTOR offre une alternative au test PTLD, applicable à la fois à des fins de dépistage et de diagnostic précoce.

Technologie

Le test ZETAQUANTOR quantifie la principale protéine virale circulante de l'EBV associée à son cycle lytiquela protéine ZEBRA comme indicateur de l'activation de la réplication de l'EBV. ZEBRA est une protéine « toxoïde » impliquée dans la progression des tumeurs. Cette méthode de diagnostic/dépistage innovante et simple, mesure précisément l'activation précoce du cycle lytique de EBV et permet ainsi, de suivre plus précisément le développement du PTLD chez les patients greffés que la méthode de référence actuelle. La spécificité et le temps de réponse de ZETAQUANTOR sont également meilleurs que ceux de la méthode de RCPQ. Le prototype de ZETAQUANTOR pour le diagnostic, le pronostic et le suivi thérapeutique de la PTLD mesure la protéine soluble ZEBRA sur la base des résultats d'un test ELISA à base d'anticorps ou d'un test de flux latéral.

Avantages

  • Les marqueurs protéiques sont plus fiables que les marqueurs moléculaires, offrant jusqu'à 80 % de prédictivité. L'amélioration par rapport à la norme actuelle est particulièrement marquée pour les patients ayant subi une greffe de CSH
  • Le faible coût et la simplicité de la mise en œuvre faciliteront le transfert vers les laboratoires cliniques
  • La détection précoce de ZEBRA permettra aux médecins d'adapter le traitement proposé aux patients greffés en modulant la dose immunosuppressive et/ou en lançant un traitement anti-CD20 préventif pour cibler directement les cellules tumorales.

Maturité

Un prototype de test, utilisant des anticorps brevetés, est disponible. Des valeurs seuils pour le test ont été établies sur la base d'une étude rétrospective utilisant plus de 400 échantillons provenant de 66 patients ayant subi une greffe, comparés à des échantillons provenant d'une population de patients asymptomatiques n'ayant pas subi de greffe. Une nouvelle étude de cohorte rétrospective multicentrique est en cours pour confirmer ces premiers résultats. L'objectif secondaire de cette étude est de déterminer si le potentiel du test ZEBRA pourrait également être exploité pour le dépistage d'autres complications du CSH liées à l'EBV. ZETAQUANTOR est actuellement à la recherche d'une possibilité d'homologation.

Applications

ZETAQUANTOR a le potentiel d'exploiter systématiquement ZEBRA comme nouveau biomarqueur pour surveiller le statut PTLD des patients après une transplantation d'organe solide (>150 000 patients/an dans le monde) ou une greffe de moelle osseuse (>400 000 patients/an dans le monde).